Main de Gloire

LA MAIN DE GLOIRE

 

 

            Un instrument fort réputé au Moyen Age est la Main de gloire. Ce nom serait une corruption de Mandragore. Elle permet de s’introduire et de voler dans une maison en toute impunité. C’est la main d’un pendu ou d’un décapité, préparée selon une recette publiée dans l’Extrait des secrets merveilleux de la magie naturelle et cabalistique du Petit Albert. Tout le sang doit avoir quitté cette main – après qu’on l’aura bien essorée dans un morceau de drap mortuaire – puis elle a dû être conservée quinze jours dans une jarre avec du sel, du salpêtre, des graines de poivre et du zimort ou zimat (dont on ignore tout et qui s’apparenterait au vitriol vert d’Arabie), puis séchée au soleil entre le 3 juillet et le 11 août. La main est présentée avec l’index et le petit doigt tendus, les autres doigts repliés, imitant les cornes (du diable). Elle tient une chandelle faite de sa propre graisse, mêlée à de la cire : sa lumière empêche qui la voit de bouger. Malheureusement pour eux, des cambrioleurs qui l’utilisèrent en Irlande en 1939 se firent prendre. Peut-être les propriétaires des lieux avaient-ils eu connaissance de la parade : elle consiste à frotter le seuil de la maison avec un onguent composé de fiel de chat noir, de graisse de poule blanche et de sang de chouette, confection qui doit se faire dans le temps de la canicule (du 24 juillet au 26 août).

            Une variante plus récente qui dispense de la graisse humaine assure que la Main de gloire fait tomber les barres et ouvre les serrures.

 

 

Hettie-Henriette VEDRINE et Jean JORDY, La Magie et la Sorcellerie.



06/12/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres