Sorcières de Salem

SALEM

La grande chasse aux sorcières

 

 

Vous devez sûrement connaître la ville de Salem où a eu lieu la chasse aux sorcières la plus connue de toute l'histoire de la sorcellerie à la fin du XVIIème siècle. Cette histoire est malheureusement connue pour l'horreur et l'injustice qui ont régnées dans ce lieu.

 

Tout d'abord, quelques précisions sur la ville  de Salem située dans le Massachusetts, aux Etats-Unis, à quelques kilomètres de Boston. La ville a été  fondée en 1626 par des puritains.

Durant les années 1680, Salem était divisée en deux parties distinctes : la ville de Salem, un centre économique noble et prospère, et le village de Salem, une communauté de fermiers. Une famille possédait une influence non négligeable sur toute la communauté, avait en sa possession le plus grand territoire du village de Salem et désirait vivement la séparation du village et de la ville : la famille Putnam. Ils pensaient que la ville et le village étaient devenus trop différents et trop individuels, ce qui était à l'opposé de l'idéologie puritaine. Ainsi, les villageois créèrent leur propre église. Le révérend Burroughs y fut le premier prêtre mais plusieurs citoyens ne l'appréciaient pas et ne désiraient pas payer sa taxe. Il s'en alla en se mettant à dos la famille Putnam. Par la suite, il fut remplacé par le révérend Samuel Parris.

 

Tout débuta lorsque le révérend Samuel Parris revint d'un voyage aux Antilles avec une esclave nommée Tituba. Tituba aimait raconter des histoires de son peuple à Elisabeth Parris, la fille du révérend, et à Abigaïl Williams, sa nièce. Elle leur contait des histoires de sorcelleries et leu prédisait l'avenir à l'aide d'un blanc d'œuf. Il se peut qu'une des prédictions de Tituba soit à l'origine de l'hystérie collective. En effet, on raconte que les deux petites auraient vu un spectre dans le blanc d'œuf et qu'elles auraient alors compris que les pratiques de l'esclave étaient diaboliques. C'est à partir de là qu'elles seraient tombées malades.

En janvier 1692, les deux cousines commencèrent à se comporter de manière assez étrange : Elizabeth éclatait souvent en sanglots ou criait à tue-tête tandis qu'Abigaïl se mettait à quatre pattes et jappait comme un chien. Peu après, les jeunes filles se retrouvèrent prises de convulsions terribles et de fortes fièvres. C'est alors que d'autres jeunes filles commencèrent à être atteintes des mêmes symptômes dont Ann Putnam et malheureusement, aucun médecin ne fut capable de découvrir de quelle maladie elles étaient atteintes et ils en vinrent alors tous à la même conclusion qui était la plus probable pour eux : elles étaient possédées et ce ne pouvait être que l'œuvre des adeptes du diable, les sorcières.

Vers la fin du mois de février, les petites furent alors questionnées afin de permettre aux habitants de Salem de mettre un nom sur ces sorcières. Sous pression, la jeune Elizabeth donna le nom de son esclave Tituba. Les autres filles se mirent alors à raconter que cette Antillaise leur avait prédit l'avenir et qu'elle avait signé un pacte avec le diable. A partir de là, certaines filles commencèrent à citer d'autres noms : Sarah Good et Sarah Osborne. Sarah Good était une mendiante qui fumait la pipe et qui était considérée comme folle, Sarah Osborne, elle, avait scandalisé le village en vivant avec un homme en dehors des liens du mariage. Elles étaient donc les coupables idéales puisqu'elles n'étaient pas en accord avec la mentalité puritaine qui régnait à Salem.

Tituba avoua pratiquait la divination qui était alors considérée comme une pratique diabolique. Elle fut forcée d'affirmer qu'elle avait signé un pacte avec le diable sous la torture. Les deux autres accusées clamaient toujours leur innocence. Elles furent toutes trois arrêtées à la fin du mois de février et Tituba avoua sa nature de sorcière durant sa mise en examen.

Au cours des semaines suivantes les jeunes filles se mirent alors à accuser de nombreux autres villageois de sorcellerie : la chasse aux sorcières démarra…

Rebecca Nurse, âgée de 71 ans, fut accusée d'infanticide, et Susanna Martin d'avoir ensorcelé les bœufs de son voisin. On a dit que l'ancien révérend du village, Georges Burroughs était devenu le chef des sorcières et le capitaine John Alden fut lui aussi accusé de pactiser avec le diable. Au total, plus d'une centaine de personnes furent accusées et arrêtées pour sorcellerie dont deux chiens. La plupart des accusés avouèrent alors qu'ils étaient innocents : c'était la seule solution pour faire cesser la torture et éviter le bûcher. Les accusés étaient pour la plupart des marginaux et des personnes considérées comme étranges. Beaucoup se suicidaient, mourraient en prison à cause du manque d'hygiène et une partie furent pendus ou brûlés vifs.

Lorsque les accusations se portèrent sur les femmes  du magistrat et des juges, l'enquête pris un tournant décisif : les jeunes filles, miraculeusement guéries, avouèrent avoir accusé à tort toutes les victimes afin de se divertir. Elles affirmèrent même avoir accusé certaines personnes parce qu'elles ne les aimaient pas.

Plus tard, durant les procès de sorcellerie, on a pu constater l'influence des Putnam : la plupart des accusés entretenaient tous certaines relations avec la famille, d'autres étaient même des ennemis des Putnam, comme Rebecca Nurse et le Révérend Burroughs. Aussi, n'oublions pas que le pasteur Parris désirait une vengeance envers les gens du village. Conséquemment, ce sont les enfants des deux familles, Ann Putnam Junior, Abigaïl Williams et Elizabeth Parris, amies, qui furent les plus ferventes accusatrices.

Des excuses furent alors présentées aux victimes encore en vie et à leurs familles mais malheureusement, Salem a été le théâtre d'un massacre sans précédent et ces excuses ne purent effacer l'horreur qui a été provoquée par cette hystérie collective.

 

Extraits des excuses faites aux familles des victimes:

"Nous avouons que nous mêmes n'avons pas été capable de comprendre les mystérieuses hallucinations des puissances des ténèbres ni de nous y opposer... Sur plus amples considérations et meilleures informations, nous craignons d'avoir contribué, avec d'autre, quoique par ignorance et sans intention, à attirer sur nous mêmes et ce peuple de Dieu la responsabilité du sang innocent...

En conséquence, nous signifions par la présente à tous en général (et aux victimes survivantes en particulier ) notre profond ressentiment et chagrin pour nos erreurs pour lesquelles nous sommes en détresse et inquiétés dans nos esprits ... Nous vous demandons à tous pardon du fond du cœur, vous que nous avons injustement offensés et déclarons, selon notre conscience présente, que pour rien au monde aucun de nous ne ferait à nouveau de telles choses pour de telles raisons ; vous priant d'accepter ceci en matière de satisfaction pour notre offense, et que vous bénissiez l'héritage du Seigneur, que l'on peut demander en grâce pour notre pays."

 

Afin de ne pas oublier les trop nombreuses victimes de cette folie, voici quelques noms :

-          BRIDGET BISHOP pendue le 10 Juin 

-          GEORGES BURROUGHS pendu le 19 Aout

-          GILLES COREY pressé à mort le 19 Septembre

-          MARTHA COREY pendue le 22 Septembre

-          MARY EASTY pendue le 22 Septembre

-          LYDIA DUSTIN morte en prison le 10 Mai

-          ANN FOSTER morte en prison (date inconnue)

-          SARAH GOOD pendue le 19 Juillet

-          ELISABETH HOWE pendue le 19 Juillet

-          GEORGES JACOBS SR. pendu le 19 Aout

-          SUSANNAH MARTIN pendue le 19 Juillet

-          REBECCA NURSE pendue le 19 Juillet

-          SARAH OSBORNE morte en prison le 10 Mai

-          ALICE PARKER pendue le 22 Septembre

-          MARY PARKER pendue le 22 Septembre

-          JOHN PROCTOR pendu le 19 Aout

-          ANN PUDEADOR pendue le 22 Septembre

-          MARTHA CARRIER pendue le 19 Mai

-          GILMONT REED pendu le 22 Septembre

-          MARGARET SCOTT pendue le 22 Septembre

-          ROGER TOOTHAKER mort en prison le 6 Juin

-          SAMUEL WARDWELL pendu le 22 Septembre

-          SARAH WILDS pendue le 19 Juillet

-          JOHN WILLARD pendu le 19 Juillet.

 

 

Ce qu'il faut retenir de cette histoire c'est qu'il ne faut pas accuser à tort n'importe qui et que la folie collective peut avoir des conséquences dramatiques. C'est en se fiant aux apparences et aux dire de fillettes plutôt mauvaises que beaucoup de personne accusèrent des innocents.






05/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres